Imprimer

Loisirs, culture et vie communautaire - Prix culturels rimouskois

La fête foraine des Prix culturels rimouskois 2017

Finalistes 2017

Artiste ou collectif d’artistes de la relève

Ito Laïla Antoine Létourneau-Berger

Ito Laïla Le François,
artiste en métiers d’art contemporain

Lauréat
Antoine Létourneau-Berger,
multi-instrumentiste

Artiste ou collectif d’artistes

Virginie Chrétien Quatuor Saint-Germain, quatuor à cordes Nicole Testa

Virginie Chrétien,
artiste multidisciplinaire

Quatuor Saint-Germain, quatuor à cordes
Élise Lavoie, Hugues Laforte-Bouchard,
Steeve St-Pierre et James Darling

Lauréat
Nicole Testa,
auteure jeunesse

Organisme culturel

Festi Jazz international de Rimouski  Musée régional de Rimouski Paraloeil

Festi Jazz international de Rimouski

Lauréat
Musée régional de Rimouski

Paraloeil

Événement culturel

Microcosme, corporation métiers d’art Bas-Saint-Laurent  Cabaret des contes ruraux, Théâtre les gens d’en bas

Lauréat
Microcosme,
corporation métiers d’art Bas-Saint-Laurent

Cabaret des contes ruraux,
Théâtre les gens d’en bas

Prix hommage

Lors de la soirée des Prix culturels rimouskois, la Ville rendra hommage à une personne dont l’implication et l’apport au développement de la culture du milieu rimouskois méritent d’être soulignées. Cette personne recevra une œuvre réalisée par une artiste rimouskoise.

Références et années antérieures

Jacques Coutu

LE TROPHÉE ET SON CRÉATEUR
Feu M. Jacques Coutu, artiste de Rimouski, est le créateur du trophée à l’effigie des Prix culturels rimouskois. L’œuvre a été sélectionnée par un jury lors d’un concours auprès des artistes et artisans lancé en 2007.

La transparence du trophée, c’est l’air pur, les cieux lumineux, la mer et ses glaces… La forme prédominante figure la toile du peintre, la plaque du graveur et le papier du photographe, du fusainiste, de l’aquarelliste... La soustraction pratiquée dans la forme évoque le geste du sculpteur alors que son dessin suggère les modulations de la musique et les mouvements ondulés de la danse. L’ouverture ainsi créée, telle une bouche, laisse cours à la parole dite, écrite et chantée. Le socle qui accueille cette « tranche virtuelle de la topographie » rimouskoise est une évocation des « crans » qui bordent le littoral de la ville (communément appelé des « galets »). L’angle d’insertion de l’œuvre sur son socle, figurant l’amure du voilier au près serré, signale le caractère et la vocation maritime de Rimouski, mais surtout rappelle qu’il est toujours possible de progresser, même s’il faut louvoyer, par vents contraires, comme l’ont souvent fait nos lauréats.