Imprimer

Communiqués de presse

Rimouski devient la 14e ville désignée pour l'accueil des réfugiés

Rimouski, le 11 janvier 2017 — La Ville de Rimouski est fière de son nouveau statut de ville désignée pour l’accueil des réfugiés, suite à l’annonce faite par la ministre de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion, Kathleen Weil. Rimouski devient ainsi la 14e ville québécoise de première installation pour les réfugiés dans le cadre du Programme de parrainage public du gouvernement, financé par l’État.

« Cette reconnaissance témoigne de la forte volonté de la Ville de faire une différence dans la vie de ces gens et de la pertinence de notre démarche entamée il y a un an auprès du gouvernement », souligne le maire de Rimouski, Monsieur Marc Parent. Cette nouvelle désignation confirme que Rimouski est un modèle d’intégration grâce à la qualité de son milieu et qu’elle a tous les atouts pour accueillir les réfugiés et leur offrir un environnement sain et sécuritaire où ils pourront s’épanouir et être des citoyens actifs au sein de leur communauté. »

Rimouski répond à plusieurs critères et se démarque par son ouverture, sa facilité à intégrer les personnes immigrantes, son intérêt à attirer de nouvelles familles ainsi que par la qualité de ses infrastructures. La communauté rimouskoise compte déjà des résidents de plus d’une quarantaine de nationalités distinctes qui dynamisent et enrichissent le milieu. Tous les nouveaux arrivants peuvent également compter sur le soutien constant de l’organisme Accueil et intégration Bas-Saint-Laurent. « Nous avons la chance inestimable depuis 15 ans, de pouvoir compter sur une ressource indispensable dans l’encadrement et l’intégration des immigrants dans notre ville. Les efforts déployés par Mme Fozi et son équipe font une réelle différence dans l’accueil et la rapidité d’adaptation de ces gens à leur nouveau milieu de vie », d’ajouter M. Parent.

Contrairement au Programme de parrainage privé, tous les coûts relatifs à l’accueil des réfugiés à Rimouski sont entièrement pris en charge par l’État. Du 1er janvier 2017 au 30 juin 2019, la communauté rimouskoise pourrait accueillir 200 réfugiés. « Nous tenons à rappeler que la procédure d’habilitation sécuritaire pour entrer au pays est extrêmement rigoureuse. J’ai pleine confiance que les hommes, les femmes et les enfants qui seront accueillis chez nous ont la volonté de refaire leur vie dans un pays de paix, respectant les droits de la personne », de dire en terminant M. Parent.

- 30 -


 

Source :

Direction générale - Communications

En annexe :

COMMUNIQUE-Cabinetdelaministre-2017-01-11 (Format pdf, 353.4 Ko)